Les pâtes alimentaires viennent d’Italie et pas de Chine!

L’épidémie de SARS COv2 nous a ramenés à l’époque de ma grand-mère ou de la votre…

Les thérapeutes essaient des choses et d’autres sous le regard goguenard de certains et les invectives d’ailleurs pas toujours joyeuses d’autres. Certaines choses rencontrent le succès et d’autres un peu moins.

On découvre que les médicaments qui soignent la malaria, causée par un parasite au nom imprononçable (plasmodium falciparum), sont également actifs contre les virus. En clair que bien avant les études randomisées et en aveugle, une écorce d’arbre autour duquel mes aïeux s’amusaient les protégeait déjà de certaines maladies virales. Il y a la sérendipité aussi…

On découvre que certains antibiotiques dont la propriété est de combattre les bactéries intracellulaires peuvent être utiles pour combattre un virus ! S’agirait-il d’une modulation du système immunitaire? ou d’un effet sur les infestions bactériennes secondaires à la pneumonie virale?

En tout état de cause, comment croira-t-on son médecin l’hiver prochain lorsque d’un ton docte il nous annoncera qu’on ne doit surtout pas prendre d’antibiotiques pour une infection virale? On découvre aussi qu’un vieux vaccin contre la tuberculose à l’efficacité au demeurant contestable pourrait finalement conférer aux vaccinés des propriétés les protégeant contre SARS Cov2.

On observe que nos systèmes de défense (immunité, inflammation) doivent être efficaces.pour empêcher que nous développions une infection active, mais pas trop pour que le virus ne les utilise pas pour nous tuer. Comment expliquer autrement la « clémence » relative de cette infection vis-à-vis de personnes au système immunitaire altéré comme les séropositifs au HIV ou des personnes qui prennent des médicaments réduisant le compétence du système immunitaire comme les greffés?

Pire encore, l’immunité que confère une première infection à ce virus ne serait pas totale et permettrait dans certains cas une seconde infection.

Bref, ce virus n’a pas encore cessé de nous surprendre. Mais le plus important à ce stade pour nous Africains réside moins dans les mystères de ce virus que dans ceux de la réponse Chinoise à cette épidémie.

Il est en effet peu probable qu’un départ d’épidémie puisse avoir quitté Wuhan et embrasé le monde sans visiter les autres états chinois, ceci d’autant qu’à l’occasion de la fête de l’an Chinois, les circonstances étaient particulièrement favorables aux voyages dans le pays. Il est aussi peu probable qu’une épidémie décrite localement comme hors de contrôle au point de justifier, sur le tard, un confinement généralisé et la construction d’un hôpital en 10 jours n’ait occasionné que moins de 80,000 cas confirmés à ce jour. A titre de comparaison, l’Allemagne qui est comparable à la province de Hubei en ternes de moyens déployés, nombre de citoyens et discipline collective, et qui de surcroît a procédé à un confinement généralisé plus précocement dans l’épidémie, totalise à ce jour déjà 100,000 contaminés et attend toujours la décrue.

Côté mortalité, avec 3200 décès en Chine, le taux de mortalité est de 4%. Nous avons appris des Chinois que la mortalité était fonction de multiples facteurs de risque, dont l’âge. Les nations occidentales d’abord, puis les nations Africaines ont établi leurs stratégies de riposte sur ces données. Or en Italie, on observe actuellement 15000 décès sur 130000 cas confirmés, soit 11% de mortalité!

Oh bien sûr il y a des différences d’age moyen entre l’Italie et la Chine, il y a aussi des questions de fierté nationale qui font que les décès ne sont pas toujours rapportés avec rigueur (exemple la France avec la non-comptabilisation des décès dans les EHPAD), bien sûr aussi les cas positifs aussi font l’objet d’un tripatouillage des décomptes, dépendant des moyens et de la politique des états…

Mais tout de même: une différence de 7 points de mortalité entre la Chine et l’Italie! Tout indique donc que les chinois ont un peu exagéré leurs « omissions » dans la narration de l’épidémie dans le Hubei.

Ceci m’amène pour conclure à trancher définitivement en faveur des Italiens dans la dispute qui les oppose aux Chinois sur l’origine des pâtes alimentaires. En effet, si les derniers cités nous ont menti à propos de l’épidémie de SARS Cov2, qu’est-ce qui les empêche donc d’avoir fait pareil sur les pâtes? Nous devons, au risque d’aller au-devant d’un lourd tribut, rapidement réajuster nos stratégies de lutte contre cette épidémie en Afrique, à l’aune des données Italiennes.

1 masque pour tous!

Tous pour les plus vulnérables!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Latest

Les Hémorroïdes, brisons le tabou !

La maladie hémorroïdaire est considérée comme commune dans le monde avec une incidence variant entre 4% et 86% selon qu'on s'intéresse aux...

Pourquoi un confinement généralisé n’est pas une réponse appropriée des nations Africaines à l’épidémie de Covid-19

Depuis l’apparition de ce nouveau virus pathogène (SARS-Cov2) à Wuhan/Hubei/Chine à la fin de l’année 2019, il n’a cessé de s’étendre à...

Gardez la monnaie!

https://www.rtbf.be/…/detail_l-ue-trouve-plus-de-20-milliar…Certaines top nouvelles de la semaine n’ont pas fait beaucoup de bruit, car nos oreilles se sont accoutumées à la litanie, annoncée...

Discovery ou le crash d’une certaine médecine factuelle

Le 28 janvier 1986, la navette spatiale Challenger, en route pour un vol spatial habité se désintégra 73 secondes après son décollage...

L’allaitement maternel est la meilleure façon de nourrir votre bébé

Faire le choix de nourrir votre enfant au sein de la naissance à au moins 6 mois est l’une des meilleures attitudes...

Subscribe To Our Newsletter

Join our mailing list to receive the latest news and updates from our team.

You have Successfully Subscribed!