La tragédie d’Elza ou la stratégie de lutte contre l’épidémie de SARS cov2 au Cameroun.

Elza, 2 ans et une gueule d’ange, s’est éteinte le 8 mars 2020, foudroyée par le virus influenza (grippe). Elle n’aura pas vécu suffisamment longtemps pour connaître l’effroi que provoque SARS Cov2 sur la terre de ses ancêtres, le Cameroun. Sa tragédie nous rappelle que de nombreux virus sont mortels pour l’homme, et que tout le monde peut mourir du plus insignifiant de ces virus pathogènes, même un petit ange de 2 ans.

Les souffrances et la mort de personnes jeunes et des enfants ont un pouvoir décuplant sur nos émotions. Alors, dans une tentative spontanée d’exutoire thérapeutique collectif, on se raconte volontiers le destin tragique de ces jeunes gens gravement touchés ou fauchés par cette infection par SARS Cov2. Ce faisant, nous nous éloignons de l’essentiel qui est notre responsabilité dans la lutte qui nous invite tous à jouer un rôle positif. La stratégie de cette lutte est simple: oublier ce qui est (ou est devenu) impossible et aménager tout ce qui est possible.

Alors, adieu l’impossible confinement généralisé Adieu les impossibles hôpitaux modernes aux quatre coins du pays, équipés d’oxygène, respirateurs, personnel formé…etc. Adieu l’impossible dépistage massif.

Avant d’évoquer les solutions possibles, revenons à Elza qui depuis son paradis, nous enseigne que les virus sont injustes et peuvent frapper sans distinction de sexe, d’ethnie, d’âge, de classe sociale… Eh oui, nous perdrons des enfants, des adolescents, des jeunes adultes, des femmes et hommes de valeur, des pauvres, des riches et des puissants. D’ailleurs, cela n’a-t-il pas déjà commencé?

Seulement, il y a une différence ténue entre frapper sans distinction et frapper aveuglément, tout comme y a une différence entre la peur et la prudence. Il est fondamental que nous nous retrouvions collectivement du bon côté de ces concepts. Pour cela, nous devons nous appuyer sur données statistiques et scientifiques disponibles pour cette épidémie, malgré tous les biais qu’elles recèlent et que je décrirai dans un billet ultérieur.

– Près de 85% des personnes contaminées par SARS Cov2 n’ont pas de symptôme ou développent des symptômes modérés. Le taux de mortalité pour eux est proche de zéro.

– 10% de ces personnes contaminées présentent des symptômes sévères et 5% des symptômes critiques. La mortalité dans ces groupes est respectivement de 15% et de 50% dans les pays bénéficiant d’infrastructures et de moyens de lutte plus importants que le Cameroun.

Il faut donc s’attendre à ce que la mortalité y soit plus importante encore au Cameroun.

Toute la stratégie des possibles se base donc sur la prévention des cas graves/critiques. Est-ce possible? Est-il possible de prévenir les cas graves/critiques?

Les facteurs qui prédisposent à développer des symptômes graves ne sont pas encore tous connus, mais certaines maladies chroniques comme celles touchant les reins, le cœur et les poumons y contribuent, tout comme les cancers, l’hypertension artérielle et le diabète. Ces maladies sont présentes au sein de la population Camerounaise, mais les porteurs en sont assez souvent ignorants en raison de la sournoiserie de leur évolution et la décrépitude du système de santé. Heureusement, ces maladies sont également toutes corrélées à un facteur de risque important et connu de chacun des Camerounais: l’âge. Par conséquent, il est possible d’avoir moins de cas graves/critiques, d’abord en maintenant SARS Cov2 à distance des personnes âgées (>65 ans).

La stratégie de lutte passe donc par un confinement strict des personnes >65 ans! Cette première mesure demande de: – Placer chaque Camerounais(e) devant de grandes responsabilités, celle d’assurer la sécurité de ses anciens: En clair, si vous ne souhaitez pas risquer de perdre votre papa, votre maman, votre vieil(le) ami(e), votre grand-parent… alors tenez-vous éloigné de son lieu de confinement. Et s’il est nécessaire de s’en rapprocher, respectez les mesures d’hygiène et les mesures barrières déjà en vigueur sur l’ensemble du pays.

– Placer l’état Camerounais devant ses responsabilités afin qu’il informe la population et fournisse des lieux décents de confinement individualisés à nos seniors lorsque ces derniers ne pourront être confinés dans leur communauté. Des logements sociaux sont déjà réquisitionnés pour les quarantaines médicalisées. D’autres pourraient servir de camps pour seniors impossibles à confiner en communauté. Dans tous les cas, des tests individuels devront être réalisés régulièrement dans les camps ainsi créés.

– Punir toute contravention à ce confinement.

La seconde mesure est le diagnostic précoce et le traitement des malades du SARS Cov2. Un faisceau d’arguments et de travaux préliminaires de plus en plus grand montre l’efficacité de la chloroquine et ses dérivés sur la clearance virale, soit la vitesse avec laquelle une personne infectée devient non contagieuse ou guérit. Il faut donc généraliser l’usage précoce de ce traitement afin de limiter les risques de contagion accidentelle en communauté pour les seniors confinés. Ceci implique de:

– Rendre des tests disponibles sur l’ensemble du territoire. Trier les candidats au test par un questionnaire-test tel que celui que j’ai exposé dans un de mes posts précédents.

– Préparer un stock de chloroquine afin de couper les ailes aux trafics qui vont se développer et amener sur le marché des médicaments impropres et inefficaces.- Soigner précocement les malades dépistés positifs.

– Préparer et appliquer précocement la méthode « suspect and treat » lorsque éventuellement la capacité à tester sera inférieure à la demande.

La troisième mesure est le renforcement des mesures d’hygiène et des mesures barrières.

– Hygiène et distanciation sociale

– Port obligatoire du masque à l’extérieur.

La quatrième mesure est contrôle des foyers d’épidémie.

– Recrutement de travailleurs sociaux sur l’étendue du territoire par l’état ou les pouvoirs locaux.

– Contrôle de l’application des mesures de confinement des seniors.

– Investigation sociale des cas avérés (et suspects par la suite) pour circonscrire les foyers de contamination explosive et maintenir efficace le confinement des seniors restés en communauté. La cinquième mesure est préventive

– Relance économique

– Lutte contre les facteurs de comorbidité (malaria, malnutrition, manque d’eau potable, insalubrité….)

Bientôt nous devrions arriver dans l’oeil du cyclone SARS Cov2. Nous arriverons mal équipés et mal préparés, mais forts d’une communauté scientifique et médicale ayant pris la mesure du challenge. Elza, 2 ans pour l’éternité, sait que tout est possible, et que les possibles font une stratégie. Et vous?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Latest

Discovery ou le crash d’une certaine médecine factuelle

Le 28 janvier 1986, la navette spatiale Challenger, en route pour un vol spatial habité se désintégra 73 secondes après son décollage...

La tragédie d’Elza ou la stratégie de lutte contre l’épidémie de SARS cov2 au Cameroun.

Elza, 2 ans et une gueule d’ange, s’est éteinte le 8 mars 2020, foudroyée par le virus influenza (grippe). Elle n’aura pas...

Les pâtes alimentaires viennent d’Italie et pas de Chine!

L’épidémie de SARS COv2 nous a ramenés à l’époque de ma grand-mère ou de la votre… Les thérapeutes essaient...

L’allaitement maternel est la meilleure façon de nourrir votre bébé

Faire le choix de nourrir votre enfant au sein de la naissance à au moins 6 mois est l’une des meilleures attitudes...

Les veillées funèbres au sein des communautés camerounaises… Et après ? ️

Chaque weekend au Cameroun, en France, en Belgique, en Allemagne, au Canada et dans bien d’autres pays du monde, on assiste à...

Subscribe To Our Newsletter

Join our mailing list to receive the latest news and updates from our team.

You have Successfully Subscribed!